Vacances, retour aux sources, retour en France.

15 jours en France. Nous parlons donc d'un semi-marathon. Pas de pression, je suis venu prioritairement pour voir ma nièce. La rapidité du séjour m'autorisera-t-elle à un article tout aussi rythmé ?

 


Arrivée à Paris, je me rends place de la République pour me recueillir après les attentats de novembre. Moment d'émotion.


Je retourne, rue Charlot, mon premier chez moi en tant que parisien. Doux souvenirs.

 


Je déjeune avec une amie, rue bichât, au "Thien Hiang".

Je passe l'après-midi et la soirée avec quelques amis.

 

Le lendemain matin,  petit déjeuner entre amis, je ne peux m'empêcher de retourner vers la rue Charlot, au "café Pinson" cette fois-ci.

 


L'après-midi, je saute dans un train pour la Bourgogne, où m'attendent, ma belle-soeur et mon petit frère. Je fais la connaissance de ma sublime nièce, Cassendre, née en décembre.


Saint-Julien-Du-Sault (Bourgogne)


 Le lendemain, nous descendons en voiture sur Avignon, dans le dessein de faire une belle surprise à notre famille. Les larmes étaient au rendez-vous, et un bon repas avec la famille la plus heureuse au monde fut copieusement servi.

 

Mes valises restèrent quelques jours dans le Sud, à profiter de ma famille et de quelques amis.

J'ai pouponné. C'est tellement bon d'être tonton.

 

Lors de mon départ, j'ai pleuré à chaudes larmes à l'idée de ne plus prendre ce tout petit bébé dans mes bras avant des mois et des mois. J'ai compris l'un des inconvénients de l'expatriation. Lorsque l'on est loin, nous n'assistons pas aux premiers moments des enfants et nous ne les voyons pas grandir. Moi qui suis très famille, je dois avouer que cela m'a déchiré le coeur de dire au revoir à ma nièce en pensant à tout ce que je raterai. 

 


Avignon (Palais des Papes et remparts)


L'isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse)


Avant de reprendre l'avion, petit bonjour à une amie à Bruxelles et derniers moments à Paris, ma ville de coeur, celle où je me sens à la maison. Tradition oblige, je me suis, englouti un "Chipotle" à Beaugrenelle, et sifflé un chocolat chaud de chez "Starbucks". Je me suis également fait péter le ventre au "East Side Burger" avant une dernière balade dans les rues et galeries parisiennes.

 


Ce fut rapide, mais intense. Quel bonheur de rentrer en France et de pouvoir être avec les gens que l'on adore sans écran entre nous. Amis, famille, qu'est-ce que vous j'aime.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    bertille_in_florida (vendredi, 04 mars 2016 23:48)

    Ah, comme je te comprends... eh oui, c'est très très dur de ne pas voir les amies/membres de la famille enceintes, puis après de ne pas voir les enfants grandir, de rater des mariages, anniversaires, etc... mais on ne peut pas tout avoir malheureusement. Dis-toi que ta nièce aura peut-être l'occasion de te rendre visite un de ces jours (comme ce fut le cas pour nous !), et ça vous fera des souvenirs uniques :)

    Superbes photos au passage (quelle belle porte tu avais rue Charlot !)

  • #2

    sandrine (dimanche, 17 avril 2016 08:31)

    Oui quelle belle porte tu avais rue Charlot :) je me souviens du code...et quelle belle cour intérieur tu avais aussi. Tes photos sont magnifiiiiques !!

  • #3

    Sisco (samedi, 04 juin 2016 08:24)

    Nous aussiiiiii on t'aimeuuuuuh