· 

Conjoint d'expat, les chiffres

Hello everybody !

 

Je viens de tomber sur les résultats d'une enquête que j'ai trouvés très intéressante et rassurante pour le conjoint d'expatrié que je suis.

 

Pour vous éviter de lire l'intégralité de cette enquête, pas  passionnante pour tout le monde, voici les chiffres que j'ai retenus :


"L’expatriation est une bonne ou très bonne expérience :

Au niveau global pour 86 %

Au niveau de la vie de famille pour 84 %

Au niveau du couple pour 82 %

 

L’expatriation est une mauvaise ou très mauvaise expérience :

Au niveau de la carrière pour 62 %"

 

Parlons du point négatif en premier, j'aime garder le meilleur pour la fin. 

Je ne suis ici que depuis trois mois et demi, presque quatre et je n'ai toujours pas mon visa de travail. Les démarches sont très longues pour ce genre de papier lorsque l'on est conjoint d'expatrié aux Etats-Unis. Je ne parlerai que de mon cas, ne connaissant pas la législation  des autres pays ni du délai d'obtention pour les autres visas. 

J'ai un visa L2, ce qui fait de moi, nous pouvons le dire, un très gros chanceux, c'est un des rares visas de conjoint qui donne le droit de travailler et d'étudier aux States. De plus, je n'ai pas eu à faire les démarches, les avocats de l'entreprise de mon mari s'occupent de tout. 

Je ne sais pas encore si je trouverai facilement du travail, je ne m'en inquiète pas plus que ça. Je suis assez serein et ces longs délais me permettent de ne pas me presser et de réfléchir calmement. J'ai d'ailleurs des millions d'idées qui me viennent, preuve que mon optimisme et ma curiosité sont toujours au rendez-vous. Je vous en reparlerai le moment venu.

Ces 62% d'expatriés ayant une mauvaise ou très mauvaise expérience au niveau de leur carrière professionnelle pourraient faire peur. Bizarrement, je ne me sens pas concerné. Je ne suis pas carriériste pour un sou (tout du moins, pas pour le moment). Je sais que l'expérience que je suis en train de vivre est plus un enrichissement personnel qu'un plan de carrière. Je ne devrais donc pas avoir de frustration à ce niveau-là.

 

En ce qui concerne l'expérience très positive dans le domaine du couple qui est de 82%, je dis oui, un grand oui, un immense oui ! Même pas quatre mois loin de nos familles et amis que nous ressentons déjà les effets sur notre relation. Je ne me suis jamais senti aussi proche et fusionnel avec mon mari qu'aujourd'hui. Nos conversations, notre façon de nous regarder, de nous aimer sont mille fois plus intenses. J'en suis ému en y pensant. Être loin de tous nos repères nous rend plus attentifs, protecteurs l'un vis-à-vis de l'autre et j'oserais même le dire, plus solidaire. 


 

Un matin de septembre à Miami Beach
Un matin de septembre à Miami Beach