Semaine de repérage à Miami (1)

Du 7 au 12 mars, nous sommes partis pour une semaine de repérage à Miami. En voici le récit, sous forme de journal.

JOUR 1 : Samedi 7 mars 2015.

 

Réveil très tôt avec très peu d'heures de sommeil. Habituellement, je dirais douloureux, vu l'heure à laquelle nous nous sommes levés, mais là, j'ai les yeux grands ouverts d'excitation. Ça y est, je vais prendre un avion pour traverser un océan et me rendre en Amérique ! 

Arrivé dans l'avion, je suis le plus heureux, je suis au hublot. Qu'est-ce que j'aime cette place, je passe en général les trois-quarts du temps collé à la vitre à contempler la terre vue du ciel. 

Passage aux abords de Paris, par le sud. J'aperçois distinctement mon quartier puis nous poursuivons notre envolée vers l'ouest. Nous passons par la Normandie et la Bretagne. Le Mont-Saint-Michel est splendide vu de là-haut. J'étais comme un enfant, à sautiller sur mon siège et à dire à mon mari : hé ! Regardes ça et puis ça et puis là, regarde là !

Nous avons quitté la France par la pointe bretonne. Du ciel, on voit tellement bien se dessiner les contours de la France comme sur une carte de papier. 

Voire, d'en haut, ces paysages, me coupe le souffle et me met dans un état d'euphorie à chaque fois. C'est incroyablement beau et apaisant. Je ressens la même chose lorsque je suis en plein milieu des airs en parapente. Un sentiment de plénitude incomparable à ce que j'ai pu ressentir les pieds sur terre.

Ça y est notre périple en avion se poursuivra au-dessus de l'océan jusqu'à Miami. Je ne peux m'empêcher de continuer à observer cette étendue d'eau où l'on devine les vagues, l'écume et où l'on aperçoit parfois des paquebots. 

L'ombre de l'avion et  sa traînée de fumée se dessinent poétiquement sur l'Atlantique. 

Nous passons au-dessus des îles portugaises où un majestueux volcan noir domine la petite étendue de terre sortant de l'eau au milieu de nulle part.   

 

Désormais, le bleu de l'océan dominera complètement durant plusieurs heures.

 

Petit à petit, l'eau s'éclaircit, son bleu devient turquoise, des bouts de terre et des bancs de sable blanc surgissent et se font de plus en plus fréquents. Les Bahamas sont sous nos pieds. Une splendeur sans nom, des couleurs époustouflantes. Des centaines de bateaux de plaisance fourmillent dans les eaux translucides.

 

Et Miami apparaît, là belle et magnifique ville se dévoile. Nous la traversons par le sud jusqu'à survoler les Everglades, l'atterrissage est imminent. 

La porte de l'avion s'ouvre et je foule pour la première fois le sol américain. Un air doux et chaud m'empare, ça y est, j'y suis : à Miami !

 

Nous filons poser nos affaires à l'hôtel qui se situe dans le quartier de coconut grove et sans perdre de temps nous allons nous balader dans le centre du district. On s'arrête prendre un verre et une collation au sandbar grill. Le quartier est propre, calme, chaleureux et semble bien vivant. Nous prendrons plus le temps pour visiter durant le séjour. Il est l'heure pour nous de rentrer se reposer à l'hôtel avant un dimanche qui sera sans nul doute prolifique. 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Nana (lundi, 30 mars 2015 20:50)

    Cher "Wahab, Alexkandre, Lulu",
    Cela va être chouette de pouvoir suivre ton, tes, vos aventure(s) !
    Heureuse de t'avoir (re)croisé dans le XVème...
    Vive les colis ! Les homards et les crapauds vivants ! Te souhaite une jolie installation avec ton "Zèzère" -dans cette ville à écureuils, à paons et autres "animaux-artistes"- où tu vas continuer à peindre la vie sous les nuages de Miami. :)
    A tantôt.

    N.

  • #2

    Débbie (samedi, 23 mai 2015 06:00)

    Quel kiff les voyages en avion !!