· 

L'annonce de l'expatriation

Depuis plusieurs mois, nous savions qu'il y avait de fortes chances pour qu'une expatriation se fasse. Où ? Très certainement l'Amérique. Du sud ? Du Nord ? Nous ne pouvions faire que des pronostics. On avait quand même réussi à se mettre en tête Chicago pour plusieurs raisons en rapport avec le boulot de mon mari. J'avais donc fait déjà pas mal de recherches sur la vie là-bas, l'immobilier, la culture...

 

Et puis l'annonce est tombée. Ça y était. Verdict : MIAMI !

Étrangement, ma réaction fut extrêmement mitigée. J'ai commencé par un sentiment de déception, parce que je m'étais mis Chicago en tête et que je m'y voyais déjà.

Puis, un mouvement de panique m'a envahi. J'ai dû appeler des amis et ma maman, pour m'apaiser. C'était fait, nous partions. Nous partions dans une ville dont je n'avais que des préjugés et des aprioris. 
J'ai tout de suite été rassuré par l'engouement de mon entourage. "WHAT ? Miami, mais c'est génial ! Le soleil, la plage ! On va venir vous voir, c'est évident !"

Oui, parce que Chicago, ça peut sembler anecdotique, mais l'hiver, je pense que je me serais senti bien seul. Ça n'aurait pas attiré grand monde vu les températures négatives, le vent et la neige. Alors que le sable, le soleil et les palmiers, c'est plus enthousiasmant :-)

 

Ni une ni deux, j'ai sauté sur mon ordinateur et j'ai cherché les éléments qui allaient me rassurer. 

Il y a bien des musées et la culture y est bouillonnante. Il y a des vélos en libre-service (citi bike) et des transports en commun, il y a des magasins bio et des restaurants végétariens.

Tout le monde n'est pas bodybuildé et ne pense pas QU'à son apparence. 

Je suis tombé sur des forums, des blogs, et des sites d'autres expatriés.

Au fil de mes recherches sur la vie à Miami, ses quartiers, son caractère cosmopolite, son histoire, je n'avais plus qu'une hâte : y aller ! 

 

Nos réactions sont parfois bizarres, mais la première chose à faire et de chercher et de s'instruire  pour se rassurer. Ha! Cette peur de l'inconnu, toujours là, cachée au fond, prête à surgir :-)